LES HALOS - Phénomènes dérivés

  1.      Le parhélie ou « faux soleil »  

Le parhélie est une tâche de couleur qui se trouve à l’horizontal du soleil, entre 22 et  46° de celui-ci . Par conséquent plus le soleil est haut, plus le parhélie est haut. Souvent il est accompagné d’un halo et il est coloré ; l’ordre des couleurs est le même que celui d’un spectre de lumière (ou d’un arc-en-ciel), le rouge étant dirigé vers le soleil et le bleu à l’opposé, vers l’extérieur, avec parfois encore une queue de lumière blanche. Cette queue de lumière blanche peut être brillante, ce qui donne cette impression de « faux soleil ».

C’est l’un des plus courants phénomènes optiques dûs aux cristaux de glaces. En Europe on en voit en moyenne 73 par an.

Le même phénomène peut se produire avec la lune et prend alors le nom de parasélène.

ah pas de chance                        

 Deux parhelies photographiés par Ivo Brezina en 2003

              a.      La paranthélie 

La paranthélie est un phénomène otique de même nature que la parhélie. On voit des taches lumineuses aux couleurs de l’arc-en-ciel, elles apparaissent toutes à la même hauteur, de chaque côté du soleil, à une distance angulaire de celui–ci de 120°, ou plus rarement de 90° (c’est là sa différence avec la parhélie).

           b.      Le cercle parhélique

          Lorsque l’on voit des parhélies, il se peut qu’il y ait aussi un cercle parhélique. Il s’agit en fait d’une bande blanche passant par le soleil et la ou les parhélie(s). Par conséquent plus le soleil est bas et plus la bande est plate tandis que plus il monte plus la bande s’élève et forme un cercle d’une grande taille.

Le cercle parhélique est lui aussi composé de millions de cristaux de glace de forme verticale qui reflètent les rayons du soleil dans le ciel. Son aspect dépend de l’altitude du soleil et de l’épaisseur des cristaux.

Contrairement aux parhélies ce phénomène est très rare ; on en observe en moyenne seulement quatre dans l’année.

                                

                                  ah pas de chance

                       Un halo de 22° et un cercle parhélique

        c.       L’anthélie 

        L’anthélie est une tache blanche située à l’opposé du soleil sur le cercle parhélique.

   

  2.           L’arc de Parry 

        L’arc de Parry « suncave » supérieur a la forme d’un accent circonflexe inversé. On l’observe principalement lorsque le soleil est entre 15 et 40° de l’horizon.

         L’arc de Parry « suncave » inférieur est plus rare que le premier, il se situe en dessous de celui –ci.      

ah pas de chance

         Arc tangent supérieur et au-dessus l'arc de Parry "sunvex" avec à sa droite une branche de l'arc de Parry "suncave".

 



        

        Il existe un deuxième type d’arc de Parry, l’arc de Parry « sunvex », lui aussi à une forme d’accent circonflexe inversé. Il a la couleur d’un arc en ciel, avec le rouge du côté du soleil. On le voit lorsque le soleil est situé entre 7 et 12° d’altitude. Lorsque le soleil s’élève dans le ciel, l’arc s’aplatit et devient moins visible.

ah pas de chance             L'évolution de l'arc de Parry suivant la hauteur du Soleil.

          Il est rare de voir l’un de ces arcs, et encore plus d’apercevoir les deux en même temps. 

 

  3.     L’arc circumzénithal 

         L’arc circumzénithal ressemble à un mini arc en ciel à l’envers, avec le rouge orienté vers le soleil. Il est tangent au grand halo de 46° et se voit lorsqu’il y a des cirrus, ou d’autres nuages du même type, et que le ciel est ensoleillé.

 

ah pas de chance

 

          Le soleil doit avoir une altitude entre 15 et 25° pour que l'arc apparaisse, plus il est proche de l’horizon, plus l’arc est lumineux et s’agrandit.

Ce phénomène est dû à la réfraction de la lumière dans les cristaux plats des cirrus. Il peut en apparaître 13 par an en Europe.

  4.      La colonne lumineuse

 

ah pas de chanceLa colonne lumineuse, ou encore pilier du soleil, n’est visible qu’au lever et coucher du soleil, avec des cirrus ou des altocumulus. Là aussi, les cristaux de glace ou de neige sont plats, et la longueur de la colonne dépendra de leur inclinaison. En effet, plus ils seront inclinés et plus le pilier sera long ; plus ils tendront vers l’axe vertical et plus la colonne sera petite.

  

Il en existe deux types : les piliers supérieurs, qui sont visibles lorsque le soleil est bas sur l’horizon, et que le reflet de la lumière se dirige vers le bas des cristaux, et les piliers inférieurs, qui se forment lorsque les cristaux se situent entre l’observateur et le soleil, la lumière est donc reflétée vers le haut par ceux-ci.

 

 

 

 

                                                Page précédente

5 votes. Moyenne 2.40 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×